Planification et organisation de congrès au Québec |

1 888 969-1307
Beauce Caroline Fournier
Bromont
Charlevoix Tourisme Charlevoix
Côte-Nord
Drummondville
Gatineau-Outaouais Myriam Baril-Tessier
Granby Denis Landry
Îles de la Madeleine Mathieu Dupuis
Lac-Saint-Jean
Lanaudière
Laurentides
Laval Romain Beauvois
Lévis
Maskinongé (Mauricie)
Matane Studio du Ruisseau
Memphrémagog
Montérégie
Montréal Tourisme Montréal, Stéphan Poulin
Nicolet-Yamaska André Falardeau
Québec François Gamache
Rimouski Mathieu Dupuis
Rivière-du-Loup Patric Nadeau Photographie
Saguenay (C) Martial Tremblay
Saint-Hyacinthe Patrick Roger
Shawinigan
Sherbrooke
Thetford Geneviève Clavet Roy (TRT)
Tremblant (Laurentides) @tremblant
Trois-Rivières Mathieu Dupuis
Victoriaville Exposeimage
30 destinations pour vos événements d'affaires !
TAQ - Tourisme d'Affaires Québec Sans frais : 1 888 969-1307
Téléphone : 450 969-1307
Site web : www.congres.com
Courriel : info@congres.com

Comment se porte le tourisme au Québec ? (partie 2 de 2)

Comment se porte le tourisme au Québec ? (partie 2 de 2)

20 août 2014

Une Chronique de Frédéric Gonzalo, Conférencier, blogueur et consultant. Vulgarisateur marketing et spécialiste en e-tourisme.

Deuxième et dernière partie d’une analyse en deux volets sur l’état du tourisme au Québec. Dans le premier billet, on regardait les forces actuelles et bons coups de notre industrie. Cliquer ici pour lire ce billet. Aujourd’hui, on regarde les faiblesses et défis à surmonter pour rendre l’industrie plus compétitive!

Dans la première partie de cette analyse, je donnais quelques exemples de destinations, attraits et/ou hôtels au Québec qui ont su se renouveler au fil des ans, proposant aujourd’hui une expérience de qualité autant pour les citoyens qui habitent les villes et régions concernées que pour les touristes de passage, qu’ils viennent de provinces voisines, des États-Unis ou de l’international. J’aurais pu évidemment donner plusieurs autres exemples. Au Québec, l’offre touristique est riche et variée, incluant des chaînes hôtelières, de la restauration, plusieurs attraits et festivals de calibre mondial.

Ceci étant dit, pas besoin de jouer à l’autruche et se mettre la tête dans le sable: il existe aussi des horreurs et des installations douteuses. Sans parler d’auberges, hôtels ou restaurants qui survivent au fil des années sans parvenir à dégager les marges de profit pour réinvestir dans les mises à niveau nécessaires. Il existe bien des programmes gouvernementaux mis en place pour obtenir des crédits d’impôts ou subventions, mais plusieurs entrepreneurs jettent la serviette devant la lourdeur bureaucratique des procédés ou parfois par simple ignorance des programmes à leur disposition. (Cliquer ici pour un dossier spécial sur les leviers de financement en tourisme au Québec).

4 défis à relever

1. Baisse des fonds marketing au niveau fédéral

Un des plus gros problèmes auxquels fait face l’industrie touristique québécoise vient de sa grande dépendance au marché domestique, c’est-à-dire les Québécois et Québécoises qui voyagent dans leur province (plus de détails à ce sujet dans le prochain point). En fait, ce n’est pas un problème en soi, si on parvient à attirer de plus en plus d’Ontariens et autres Canadiens, plus d’Américains et de clientèle internationale. Or, c’est à ce niveau que le bât blesse!

Saviez-vous que le tourisme est une industrie en croissance à l’échelle mondiale, soutenant une rythme de croissance de 3% par année? En 2013, il y a eu un milliard de voyageurs internationaux, chiffre qui devait passer à 1.8 milliard d’ici 2030. Le hic, c’est que le Canada est à la traîne et ne profite pas de cette croissance. Le Canada arrivait au 7e rang des destinations les plus populaires en 2002, et sa performance ne cesse de pâlir depuis. Au dernier palmarès, nous avions dégringolé au 16e rang, et il se peut fort bien que nous soyons hors du top 20 dès l’année prochaine. En d’autres mots, nous perdons des parts de marché.

La plus belle illustration se voit dans les budgets accordés à la Commission Canadienne du Tourisme (CCT), organisme fédéral dont la mission est de faire la commercialisation de la destination auprès des marchés internationaux, en partenariat avec les provinces et acteurs du tourisme à l’échelle nationale. Le budget marketing de la CCT dépassait les 100M$ en 2009 et 2010, afin de profiter de l’engouement découlant des Jeux Olympiques d’hiver à Vancouver. Depuis, c’est la misère, avec un budget réduit à 76M$ en 2012, puis à 58M$ en 2013-2014. La plus récente rumeur dont vous n’avez probablement pas entendu parler: tous les bureaux de la CCT à l’étranger fermeraient leurs portes d’ici 2015!

Lire la suite.

Source : Frédéric Gonzalo


Toutes les nouvelles RSS



Tourisme d'Affaires Québec

sans frais 1 888 969-1307
Téléphone 450 969-1307
courriel info@congres.com


Tourisme Québec ADN communication Clientis Alliance de l'industrie touristique du Québec

Tous droits réservés © 2010-2021 Tourisme d'Affaires Québec